Menu Close

LE BILAN EPDLF 2018

Bonsoir à tous. Il y a quelques semaines, vous avez pu assister en direct au sacre de Brendon Hartley lors du GP EPDLF d’Abu Dhabi. Jetons une dernière fois un coup d’œil sur les deux classements généraux. Car, croyez moi, ça s’est joué à un tout petit poil pubien près…

SACRE DE BRENDON I

Il avait six points d’avance au moment d’aborder la dernière course du calendrier, pourtant Brendon Hartley a énormément sué dans les Émirats ! Le pilote Toro Rosso n’était pas dans le coup de tout le week-end, largement surclassé par son rival le plus proche, Sergey Sirotkin.

Mais les espoirs de titre du Russe se sont progressivement carbonisés au fil des abandons : Nico Hulkenberg, Kimi Raikkonen, Marcus Ericsson… Le dernier clou dans le cercueil intervient en fin de Grand Prix lorsque Esteban Ocon et Pierre Gasly abandonnent coup sur coup, forçant Sirotkin à franchir la ligne d’arrivée au-delà de la cinquième place.

Six points séparent Hartley de Sirotkin mais c’est bel et bien six points que reprend le Russe au drapeau à damiers ! Les deux pilotes comptent donc tous deux 220 points au classement général ! Mais comme nous sommes en Formule 1 et que ce sport est impitoyable, il fallait impérativement trouver un moyen de filer le trophée à un seul homme seulement. Les éminences grises du FICEPDLF (Fédération Internationale du Championnat EPDLF, ndlr) se sont immédiatement penchées sur le règlement sportif, et celui-ci stipule noir sur blanc qu’en cas d’égalité, le pilote ayant gagné le plus de fois est sacré champion.

Avec un record de cinq victoires sur l’année, Brendon Hartley est officiellement sacré champion du monde 2018, au grand dam de Sergey Sirotkin. Williams repart, quant à elle, avec le trophée de champion constructeur. Petit lot de consolation s’il en fallait un.

Penchons-nous désormais sur les statistiques de la saison 2018. Hartley et Toro Rosso ont survolé les débats tandis que Williams a performé dans des catégories inutiles comme la PoleBelmondo (l’anti pole position, ndlr) et le pire tour en course.

Avant de nous quitter à tout jamais, un petit bilan sur les dix équipes engagées cette saison.

TORO ROSSO

  • Meilleur pilote en qualifications : Brendon Hartley (a battu Gasly 15 fois/21)
  • Meilleur pilote en course : Brendon Hartley (a battu Gasly 13 fois/21)

Une chose est sûre, Honda n’est pas étranger au succès de la Scuderia Toro Rosso cette saison. Le motoriste nippon est la référence en Formule 1 depuis son retour en 2015. Le duo Hartley-Gasly, vivement critiqué lors de leur titularisation fin 2017, a su faire fermer bon nombre de bouches. Brendon Hartley a fait preuve d’une grande régularité, ne manquant le top 10 qu’à deux reprises. Mais cela n’empêchera pas Toro Rosso de changer