LE DON DE JARNO TRULLI

Vous vous souvenez de Jarno Trulli ? Le pilote italien a eu une carrière longue comme le bras : 14 ans de F1, entre 1997 et 2011. Mais saviez-vous que derrière son air sympathique se cache un homme maudit, ayant hérité d’un don tout à fait particulier et deCesaresque au possible ?

Jarno Trulli, nommé par ses parents en hommage au pilote moto finlandais Jarno Saarinen, n’a pas connu les joies des deux roues. C’est sur quatre d’entre elles qu’il se fait un vrai nom. Flavio Briatore le repère en 1996 et en fait son protégé. Un an plus tard le voilà en Formule 1, Alain Prost lui offre alors l’opportunité de remplacer le convalescent Olivier Panis. Et l’Italien montre à la face du monde qu’il en a sous le pied et dans le caleçon en ratant de peu la victoire en Autriche, son quatorzième Grand Prix seulement !

Tout au long de sa carrière, Trulli va régaler petits et grands avec sa sacrée pointe de vitesse. On pourrait croire qu’en se qualifiant 38 fois sur les deux premières lignes (et 32 fois rien que sur la troisième ligne), l’Italien était bien trop rapide pour être malchanceux. Mais il n’en est rien. Figurez-vous qu’il fut frappé d’une terrible malédiction, non-conjurable et ce quelle que soit sa position sur la grille de départ…

Voyez-vous, Jarno Trulli a connu 92 abandons en F1. Pour un homme qui a plus de 250 départs dans les pattes, ce n’est qu’une broutille après tout. En revanche sur les 92, Trulli a abandonné 14 fois dans le premier tour de course. Et ces 14 éliminations prématurées, et bien c’est un record ! Même Andrea de Cesaris n’a pas réussi à faire mieux avec 12 abandons.

Véritable malédiction ou simple don extraterrestre ? Vous seuls, chers lecteurs, êtes juges.

FOUTUE MÉCANIQUE

Quand on rentre dans le détail de ces 14 abandons, seuls deux d’entre eux sont dus à un problème mécanique ! Le reste, c’est des crashs. Le premier abandon sur casse intervient à Monza en 2003. A la moitié du premier tour, la Renault de Trulli ralentit jusqu’à l’arrêt complet : problème de direction.

Le deuxième fait nettement plus mal. Trulli s’est qualifié troisième lors du GP du Canada 2004. Une grosse performance, surtout lorsque l’on colle trois dixièmes à son équipier Fernando Alonso. Mais au moment du départ, sa Renault casse. Je vous jure, tout est synchro dans cet abandon : dès que les feux s’éteignent, le pilote a juste le temps de passer la première avant que sa transmission ne le lâche… Pas de bol.

LA COHUE DU DÉPART

Il faut remonter à l’an 1998 pour trouver le premier abandon de Trulli au départ. Il en est à sa deuxième saison dans l’élite et n’a pas prouvé grand chose avec sa Prost-Peugeot. En même temps, qui pouvait marquer des points là-dessus ?

Au Canada, Trulli ouvre son compteur (d’abandons) en étant la victime innocente du célèbre crash ayant envoyé Alex Wurz en tonneaux. Fort heureusement, un deuxième départ est donné et l’Italien saute dans son mulet. Lorsque les feux s’éteignent une seconde fois, Mika Salo fait une excursion dans l’herbe, revient en vrac sur la piste, poussant Wurz qui pousse Trulli qui escalade la Sauber d’Alesi (cf. l’illustration de ce bel article).

Un an plus tard, Trulli est victime d’un nouvel accident au départ à Imola. Mais on me fait signe que nous n’avons pas les images. Le mystère de cet abandon restera donc entier.

Arrive l’an 2000. Par trois fois Trulli se vautre dans le premier tour ! Tout d’abord en Europe, lorsque Giancarlo Fisichella lui refait l’arrière avant même le premier virage. Trois courses plus tard, c’est au tour de Zonta de venir éliminer le pauvre pilote en Autriche. Grosse perf de Zonta d’ailleurs, qui embarque avec lui une Jordan, une Ferrari et une Benetton ! Enfin, la « cerise » arrive en Italie. Au troisième virage, son équipier Frentzen est un peu court sur les freins et percute violemment Trulli, Barrichello et Coulthard. Un véritable strike.

Et après Fisichella en 2000, c’est une autre Benetton qui percute la Jordan de Trulli dans le premier tour à Monza en 2001. On remerciera Jenson Button pour son sacrifice.

BON OK C’ÉTAIT UN PEU SA FAUTE

De ce que vous pouvez lire, Jarno Trulli serait juste la victime d’un mauvais concours de circonstances au moment du départ. N’en soyez pas si certains…

Vous vous souvenez du Grand Prix du Canada 1998 ? Normal, je viens d’en parler y’a 30 secondes. Un an plus tard, Alesi est interviewé sur la grille par les micros de TF1. Le pilote blague sur sa crainte de se refaire sortir par Trulli. Oh Jean, ne provoque jamais le destin comme ça malheureux ! Car dès le premier virage, ce dernier en fait un peu trop en esquivant une Jordan et percute à la fois Rubens Barrichello et, bien sûr, Jean Alesi ! Le sang de l’avignonnais ne fait qu’un tour et balance tout le bien qu’il pense de Trulli à l’antenne :

« C’est vraiment incroyable. Ces garçons, ils ont rien dans la tête. Un Grand Prix, c’est deux heures. Voilà, maintenant qu’est-ce qu’on fait ? Lui, comme un imbécile il est sur le bord de la piste, il regarde le Grand Prix. Et moi, je suis comme un idiot aussi ! Ce n’est pas normal et j’espère qu’il va être sanctionné. S’il n’est pas sanctionné, vraiment, j’arrête de courir. »

MON MEILLEUR AMI COULTHARD

En 2001, Alesi est passé sur Prost donc il est trop loin sur la grille pour que Trulli puisse le striker. En revanche, comme l’Italien se qualifie très bien, il a directement les top teams en ligne de mire. Parfait. A Silverstone, GP national de David Coulthard, le pilote McLaren espère un gros résultat à domicile. Les feux s’éteignent, les voitures déboulent à Copse, premier virage. Soudain, une Jordan non-identifiée touche l’arrière de Coulthard ! Il est propulsé à la dernière place, sa course s’arrête au bout de 200 mètres. Le responsable porterait les initiales J.T.

Cette histoire d’amour avec DC ne fait que commencer. Deux ans plus tard, Trulli tente une manœuvre suicide sur la même McLaren au deuxième virage du Grand Prix d’Espagne. Tentative qui termine en abandon. Et lors du Grand Prix d’Australie 2006, c’est un nouveau dépassement raté sur l’Écossais qui met un terme à la course de Trulli… Déjà 12 abandons pour l’Italien !

DERNIERS CRASHS

2009 marque la dernière saison de Trulli chez Toyota et dans un team acceptable. Toujours en Espagne, Jarno tente d’éviter Rosberg au deuxième virage. La Toy’ va dans les graviers, revient en piste comme si elle était seule au monde et provoque un carambolage éliminant Adrian Sutil et les deux Toro Rosso !

Enfin, au Brésil, Sutil et Trulli se retrouvent de nouveau ensemble. Au troisième virage, la Force India ne laisse pas trop de place à la Toyota qui, légèrement poussée vers le vibreur, chasse de l’arrière et finit par s’échouer contre le ponton de Sutil… Ça aurait pu s’arrêter là mais lors de la course suivante, en conférence de presse, Trulli sort les photos de l’incident à l’ami Sutil un peu comme quand Quarteron avait montré les photos de la femme de Booba sur le plateau de SFR Sport. Un moment riche en malaise où personne n’en sort grandi malheureusement…

LES RESCAPÉS DU PREMIER TOUR

Et bien voilà, on a fait le tour. 14 abandons en 14 ans de carrière. Pourtant, le total aurait pu monter jusqu’à seize ! C’est sans compter la détermination et l’abnégation de ce diable de Jarno Trulli.

France 2007 : à l’épingle d’Adelaide, Trulli monte sur les freins, pas assez pour ne pas percuter l’arrière de l’innocent Heikki Kovalainen. L’Italien continue jusqu’à son stand et range sa Toyota au garage. Mais comme ce dernier a franchi la ligne de départ/arrivée, l’abandon est comptabilisé dans le deuxième tour de course…

Même situation lors du GP de Chine 2008. Au premier virage, Trulli ne voit sans doute pas Bourdais, blotti à l’intérieur. La Toyota serre la Toro Rosso qui n’a pas d’autres choix que de l’envoyer en tête à queue. Trulli passe par les stands, repart et abandonne le tour d’après.

ET MAINTENANT ?

Après son départ en 2011, peu de pilotes aujourd’hui peuvent prétendre au record exceptionnel de Trulli. Nous avons bien des challengers comme Kimi Raikkonen (11 abandons) mais le Finlandais est au crépuscule de sa carrière. Nico Hulkenberg (9) et la paire Vettel-Grosjean (7) sont nos derniers espoirs…

Croyez-moi ou non, 14 abandons dans le premier tour en l’espace de 11 ans, on ne reverra pas ça tous les jours.

Merci encore pour la tôle froissée Jarno.

PHOTOTHÈQUE

DCMm_kWXcAANK16
Canada 99, Alesi ne partira pas en vacances avec Jarno…
Monza2000n1
Image saisissante de l’énorme accident survenu lors du GP d’Italie 2000.
crash-trulli-sutil-588
Des fois les plus grandes amitiés naissent dans le carbone éclaté.
jarno_trulli___alexander_wurz__canada_1998__by_f1_history-d6hlsuh
La double peine au Canada en 98 : crash au premier et au second départ !
trulli
Trulli chez Jordan : 34 courses, 50% d’abandons (dont cinq au premier tour). Ça se fête.
Publicités

Laisser un commentaire