09/12 : MÉCANICIEN ÉCHAUDÉ CRAINT LE MONTOYA

Ah, Jean-Paul Montoya… Le Colombien était ce petit vent de fraîcheur dans les pelotons des années 2000. D’un tempérament bien trempé, Montoya était un Maldonado qui avait réussi. Pourtant, il lui arrivait de faire beaucoup de conneries. Un de ses mécaniciens chez Williams peut en témoigner. 

Il fallait cravacher pour aller chercher les intouchables Ferrari en 2002. Pour Michael Schumacher, c’était une promenade de santé. Le Baron Rouge a acquis son cinquième titre en France, lors de la onzième manche de la saison… Une année noire pour le sport auto, j’entends bien. Pourtant, « JPM » n’a pas démérité. Le pilote Williams a tout donné, voire trop, pour tenter de combler le retard.

MAN VS TYRE

Grand Prix d’Espagne 2002. Montoya pouvait jouer le podium, difficilement la victoire. Et pour ne pas aider, le pilote a perdu un temps précieux dans les stands. Lors de son ultime arrêt, le préposé à la sucette s’emmêle les pinceaux. Le mécanicien lève son panneau alors que le ravitaillement en essence n’est toujours pas fini ! Trop tard, le mal est fait. Un peu comme un taureau face à un drap rouge, Montoya a déjà la première d’enclenchée et le pied sur l’embrayage. La Williams sursaute, puis s’arrête net en voyant la sucette redescendre précipitamment.

Mais en bougeant ne serait-ce que de quelques centimètres, Montoya vient de mettre sa Williams en travers du chemin du mécanicien devant lui. Celui qui tient la sucette a désormais le pied coincé par une Formule 1 de plus de 700 kilos. Et croyez-moi, cela ne fait pas du bien.

 

 

Fort heureusement, tout est bien qui finit bien puisque le mécano s’en sort sans trop de bobos et JPM ira accrocher une très belle deuxième place… à 40 secondes de Michael Schumacher.

A demain !

LE CALENDRIER DE L’AVENT FORMULE MOY1

Publicités

Laisser un commentaire