EPDLF – BOLCHOÏ СЕРГЕЙ

Incroyable mais vrai. Découvrez en exclusivité pour vous, les abonnés Formulemoy1IN SPORTS, le premier résumé EPDLF 2018. Un premier quart de saison dominé de la tête et des épaules par le Soviet Serge Sirotkin et son équipe Williams Racing !

Vous vous souvenez quand moi, votre humble scribe, avait annoncé le retour de Formule moy1 au premier plan ? En fait, tout ceci était une caméra cachée. Là, regardez, il y en a une ici, une ici et une là-bas. Haha.

Un peu de sérieux cinq minutes. Pourquoi tant de retard sur le championnat En Partant De La Fin ? Et bien figurez-vous que le début de la campagne 2018 correspondait à un départ impromptu direction l’Irlande, le tout à bord d’un magnifique Tupolev 154 (ex-URSS) de la compagnie Ryanair™️.

Pourquoi l’Irlande allez-vous me dire ? Plus que pour le houblon et pour l’orge, ce voyage initiatique était avant tout un devoir journalistique : revenir sur les terres et les traces des grands pilotes de ce plat pays : Tommy Byrne, Edmund Irvine et… euh… c’est tout je crois. Journalisme total. Bon au final, je n’ai pas trouvé de pilotes mais beaucoup de Guinness. Les aléas du reportage… Mais revenons à nos moutons.

Observons le classement de ce championnat après les six premières courses.

epdlf18_1epdlf18_2

Côté à 4.25, Sergey Sirotkin faisait partie des outsiders au coup d’envoi de la saison. Deux victoires en Australie et en Azerbaïdjan, couplées à six arrivées consécutives dans les points sont venues changer son statut en « homme à battre ». Au soir de la manche monégasque, le pilote russe possède 82 points, soit 17 de plus que son plus proche poursuivant, Brendon Hartley.

Romain Grosjean est le seul pilote, avec Sirotkin, à avoir scoré lors de chaque manche jusqu’ici. Le Français connait un meilleur démarrage qu’en 2017 et pointe sur la troisième marche du classement, juste devant un autre compatriote ! L’hexagone peut être fier de ses talents, Gasly démontre qu’il n’a rien à envier à son équipier en signant trois podiums, dont une deuxième place en Espagne ! Pourrait-on se prendre à rêver et imaginer, avec un Ocon dixième au général, un podium 100% tricolore dans quelques semaines au Paul Ricard ?

Les déceptions de cette saison : les piètres performances de Sauber et McLaren. Les deux équipes trustaient les premières places l’an passé. Aujourd’hui, Ericsson semble s’être endormi sur ses lauriers et Fernando Alonso a du attendre la sixième manche pour ouvrir son compteur de points… avec une victoire, certes, mais le retard accumulé sur ses adversaires reste considérable.

Les adversaires, parlons-en justement. Toro Rosso et Williams sont sur une autre galaxie au classement constructeur. Seuls deux points viennent séparer les deux écuries ! Un peu plus en retrait, Haas est la troisième force « surprise » du général. Mais certains observateurs sont catégoriques : l’équipe américaine est en surrégime depuis le début de la saison et devrait très vite rentrer dans le rang. Cela avantagerait grandement Sauber, en difficulté, et également Red Bull Racing, qui comme l’an passé se montre très irrégulière mais pète les scores lorsque leurs deux pilotes terminent dans le top 10.

Enfin, en fond de classement, Mercedes continue une nouvelle fois de ridiculiser ce beau sport qu’est la Formule 1… Vraiment terrible.

Les prochaines courses promettent d’être explosives ! Lance Stroll, dans l’ombre de son équipier n’a plus rien à perdre et tentera le tout pour le tout pour recoller à Sirotkin au classement général. Même cas de figure pour Carlos Sainz, engagé en fin de saison par Renault pour remplacer le brillant Jolyon Palmer. Ici à la rédaction de Formule moy1, nous espérons de tout cœur voir le carbone voler en juin et en juillet…


N’hésitez pas à mettre un pouce en l’air sur la page Facebook ou de suivre le compte Twitter de Formule moy1 pour ne rien rater de ce joyeux championnat qui réchauffe les cœurs et qui fait rire les enfants.

Publicités

Un commentaire sur “EPDLF – BOLCHOÏ СЕРГЕЙ

Laisser un commentaire